L’ouvrage ci-dessous a été mis en ligne au sein de la Collection PALAS.

Pour télécharger la numérisation, cliquez sur ce lien :
L’Art de tirer des armes, réduit en abrégé méthodique – Jean de Brye – 1721
Numérisation financée par la FFAMHE et mise en ligne avec l’autorisation de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris).

Une transcription du traité a été réalisée à partir de cette numérisation,
Cliquez ici pour télécharger la transcription de l’ouvrage

Le traité a ensuite été traduit en anglais par Phil Crawley (Bartitsu Edinburgh).
Cliquez ici pour télécharger la traduction anglaise

Résumé du traité de Jean de Brye :

L’art de tirer des armes de Jean de Brye n’est pas un ouvrage technique sur l’escrime. Les gardes, jeux et enchainements n’y sont pas expliqués et l’auteur recommande plutôt des les apprendre auprès d’un maître.
Son traité est davantage tourné sur la pédagogie et la bonne manière d’apprendre l’escrime à l’épée de cour. Il s’adresse donc plutôt aux maîtres ou aux pratiquants pour les accompagner dans une pratique en salle. L’auteur indique ainsi ses nombreux conseils dont l’objectif final est de parvenir « à la perfection de l’Art de tirer des Armes ».

L’ouvrage est divisé en quatre grands chapitres qui correspondent plus ou moins à l’ordre dans lequel l’élève doit apprendre l’art de l’escrime. De nombreuses notes sur les côtés du texte permettent de donner des sortes de titre aux paragraphes et de retrouver plus rapidement un passage du livre.

Chapitre 1 : Le jeu simple
Pour commencer l’élève doit apprendre des techniques simples et élémentaires : les gardes, les déplacements, la mesure (la distance), les attaques simples et les parades.

Chapitre 2 : Le jeu composé
Après avoir acquis les bases, l’élève doit travailler à composer une escrime plus élaborée : feintes et attaques en plusieurs temps.

Chapitre 3 : Exercice à la muraille
Jean de Brye explique ensuite que l’élève doit « tirer à la muraille », qui est un exercice visant à répéter entre élèves les techniques apprises précédemment (jeux simple et composé). Cet exercice décrit pour la première fois par Labat en 1696 a été pratiqué jusqu’au XIXème siècle.

Chapitre 4 : L’assaut
L’auteur décrit trois niveaux de difficultés d’assaut. Le maître devra faire pratiquer à l’élève l’assaut correspondant à son niveau.

Assaut n° 1 :
L’élève débutant doit faire des assauts contre un autre débutant, mais ayant une escrime régulière, c’est à dire contre un adversaire ayant de bonnes gardes, bons déplacement, bonnes attaques, en accords avec ce qui est enseigné au sein de l’école.
Avec ce type d’assaut l’élève met en application le jeu simple.

Assaut n° 2 :
Ensuite l’élève doit être confronté à des adversaires plus coriaces, ayant toujours une escrime régulière. Des feintes et attaques en plusieurs temps seront nécessaires à l’élève pour toucher.
Avec ce type d’assaut l’élève met en application le jeu composé.

Assaut n°3 :
Enfin les plus expérimentés peuvent s’opposer à des jeux irréguliers. C’est à dire face à des adversaires ne pratiquant pas comme cela est enseigné dans l’école. Jean de Brye distingue dans ce cas deux types de personnes :
– les non-initiés à l’art de l’escrime, qui improvisent comme ils peuvent.
– les escrimeurs expérimentés qui adoptent une escrime inhabituelle dans le seul but de perturber leurs adversaires.
Selon Jean de Brye, l’élève étant capable de tirer efficacement à ce niveau est en état de devenir un maître.

___________

Annexe :
Retrouvez sur le forum AMHE On Web une discussion sur cet ouvrage :
http://www.amheonweb.net/forum/viewtopic.php?f=7&t=252

Jean de Brye sur le Wiki AMHE : En savoir plus sur Emile André sur le Wiki AMHE : http://www.ffamhe.fr/wiki/Jean_de_Brye