L’ouvrage ci-dessous a été mis en ligne au sein de la Collection PALAS.

Pour télécharger la numérisation, cliquez sur ce lien :
Manuel d’escrime à la baïonnette, description du fusil d’assaut pour l’étude précise du double jeu et du corps à corps, méthode d’enseignement – Jean Jules Gaston – 1910
Numérisation effectuée par la BNF et financée par la FFAMHE.

Jean Jules Gaston sur le Wiki AMHE : http://www.ffamhe.fr/wiki/Jean_Jules_Gaston

Aperçu du Manuel d’escrime à la baïonnette du capitaine Jean Jules Gaston

Le capitaine Jean Jules Gaston du 10ème régiment de chasseur à pied partage en 1910 par une publication chez Berger Levrault (éditeur de nombreuses publications militaires) ses considérations sur l’escrime à la baïonnette. Cet ouvrage, assez long en comparaison aux manuels de la même époque sur ce sujet, reste le parfait avatar du manuel d’escrime à la baïonnette du début du XXème siècle, il présente néanmoins quelques particularités que nous allons tenter de résumer très brièvement ici.

La longueur du texte est due en grande partie à l’introduction conséquente de la méthode personnelle de cet officier expérimenté, issu du rang, sous les ordres depuis 1887. Surfant sur la vague des « conséquences de la Guerre Russo Japonaise », il explique, tout comme ces camarades les capitaines Laur et Nidvine (Escrime de combat à la baïonnette, Capitaine breveté Laur ; 1912 ; Henry Charles Lavauzelles ; Paris, La Baïonnette , S. Nidvine ; 1907 ; R . Chapelot & Cie ; Paris), la nécessité de ne pas abandonner l’enseignement de l’escrime à la baïonnette, et d’améliorer la méthode en vigueur, jugée insuffisante (tout trois sont d’ailleurs en accord sur ce point).

Tel les maîtres ès baïonnette de la première moitié du XIXème, Gaston ajoute à ses critiques un historique assez conséquent, (par ailleurs tout empli de ces préjugés contemporains sur le moyen-âge, tellement Belle Époque !) et évoque, tel son prédécesseur A.J.J. « Gomard » Posselier, L’escrime à la baïonnette ou l’école du fantassin, A.J.J.Posselier, dit « Gomard » ; 1847 ; chez Dumaine ; Paris, l’état de l’enseignement de cette escrime dans d’autre pays (l’Allemagne et le Japon), il ne parle cependant pas de ces prédécesseurs français et de leurs méthodes, comme le font souvent ses pairs. Le discours de Gaston intègre de plus une chose assez inhabituelle : la nécessité de former la cavalerie au combat à la baïonnette. En effet, à notre connaissance (c’est à dire en excluant les manuels, de plus en plus rare, actuellement indisponible), il n’existe aucune autre méthode dont l’enseignement serait destiné également aux troupes montées, et encore moins décrivant le matériel utilisé par ses cavaliers ! Le capitaine Gaston explique ainsi son choix par l’évolution de l’art de la Guerre, où la cavalerie moderne se doit dorénavant d’être aussi efficace à pied que montée, et par conséquent doit être formée aux arts des fantassins…

Nonobstant tout ses détails théoriques, le capitaine du 10ème chasseur développe avec insistance le matériel à utiliser pour l’instruction. Considérant ce point comme primordial, discours sur les qualités de la baïonnette actuellement utilisée par les armées et décrit le simulateur « idéal », c’est à dire correspondant aux besoins de l’escrime & aux impératifs budgétaires, allant jusqu’à rédiger un « tutoriel » pour réaliser ce simulateur !

Sa méthode en elle même est une reprise du règlement de 1904, le fameux Décret du 3 décembre 1904 portant règlement sur les manœuvres de l’infanterie, Ministère de la Guerre ; 1904 ; Berger Levrault & Cie ; Paris, texte de référence pour les militaires de l’époque, dont le chapitre sur le maniement de la baïonnette fixée est l’objet de nombreux débats. Gaston reprend ainsi point par point, en se justifiant, les composants de la méthode : il modifie légèrement la Garde, notamment par la position des mains et des pieds, maintient le jeu de jambe, néglige le « lancé » (l’estoc à une main) qu’il estime trop hasardeux et trop simple à parer, et développe les jeux « au fer ». Il ajoute une notion importante, celle de « ligne d’attaque » et des ouvertures correspondante, rejoignant ainsi sur ce point les avis des maîtres du XIXème , Gomard, Pinette et leurs héritiers. De la même façon, il intègre les notions de combat à courte distance, au corps-à-corps, ainsi que de nombreux jeux de crosse.

Finalement, il termine par une série d’exercices d’application et de perfectionnement, assez complet, destinés aux élèves maîtrisant les bases de sa méthode.

Pour conclure, nous pouvons dire que cet ouvrage tout en étant fidèle à l’esprit des manuels d’escrime à la baïonnette présente un intérêt particulier, étant rédigé de façon à aborder TOUT les aspects de l’enseignement, des destinataires de sa méthode aux exercices de perfectionnement, en passant par la fabrication du simulateur adapté !

Malheureusement pour lui, Jean Jules Gaston, fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1913 [1], n’aura pas le loisir de mesurer l’efficacité de sa méthode employée par ses chasseurs, formés dès 1912 (ce que nous apprenons dans l’ouvrage Laur [2]), et tombera au combat en septembre 1914.

Son œuvre ne sera pas oubliée à sa mort, citée comme l’une de ses référence par André Gaucher, fondateur du Comité du combat à la baïonnette, mission chargée de l’enseignement de cet art dans les lignes de repos dès 1915. Nul doute que le « regretté capitaine Gaston » (Les nouveaux principes du combat à la baïonnette, A. Gaucher, La science et la Vie n°25 p.361, février 1916) participa à sa façon à la réputation de furieux combattant au corps-à-corps des Chasseurs à pied, les Schwarzen Teufel, ou les diables bleus, si redoutés par leurs ennemis.

Julien GARRY

De Taille & d’Estoc, HEMAC

Notes :
1. Dossier de Légion d’Honneur de Jean Jules Gaston qui nous apprend de nombreuses choses sur sa vie et sa carrière militaire :
http://www.culture.gouv.fr/LH/LH067/PG/FRDAFAN83_OL1085024v001.htm
2. Référence au capitaine Gaston dans le traité du capitaine Laur, à propos d’un tournoi de démonstration qui eut lieux à Paris en 1912, auquel participaient différentes équipes de plusieurs régiments différents :
« Il est à remarquer que les sous officiers du 25ème bataillon de chasseurs étaient tous sous officiers rengagés, exercés à ces assauts depuis deux ans environ ; ceux du 10ème bataillon avaient été entrainés assez sérieusement, suivant une méthode particulière, due au capitaine Gaston, de ce bataillon; […]. »
Source :
Escrime de combat à la baïonnette, Laur, 1912 :
https://docs.google.com/file/d/0ByGICcee2dhNOGo0N1JyMFhoazg/edit