Fiore dei Liberi

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

L'Auteur

Fiore dei Liberi de Cividale est l’auteur présumé et l'initiateur de la seule tradition martiale médiévale survivante de langue et de culture italienne. Quatre de ses ouvrages nous sont parvenus. Ils sont bâtis sur un modèle relativement identique, présentant une succession d'illustration et un commentaire associé. Les prologues de trois de ces textes sont riches d’informations à propos de la vie et du personnage que fut Fiore dei Liberi.

Sa naissance peut être placée entre 1350 et 1355. Rien dans les sources ne nous permet de la placer avec précision en 1345 comme Francesco Novati l’a supposé. Il serait né à Cividale del Friuli (anciennement appelée Ostria), dans le "diocèse du Patriarcat d’Aquilée" et c’est ainsi qu’il est présenté dans les rares documents d’archives à notre disposition. Les quelques précisions présentes dans les textes précisent qu'il serait le descendant d'un certain "Benedetto" de la noble maison des Liberi issus de la ville de Premariacco, proche du centre urbain d'Udine.

Il existe plusieurs hypothèses sur l'origine du patronyme "Liberi", certaines mettant en avant une possible famille bourgeoise du Frioul, d'autres insistant sur les preuves de la noblesse de Fiore, notamment sa maîtrise de la lance à cheval et ses liens avec les nobles de l'Italie du Nord. La littérature en fait un descendant de Cristallo dei Liberi de Premariacco, à qui le Saint-Empereur romain germanique Henri V a accordé un statut noble en 1110, mais le lien de parenté n'a jamais été prouvé.

C’est en 1384 que l’on trouve la première apparition du nom de Fiore dei Liberi dans un acte de la ville d’Udine : « die lune tertio augusti. Utini in consilio. Magister Fiore de Civitate dimicator receptus fuit in vicinum terre, cum capitolis alias observatis et dominus Federicus fuit fideiussor.  » Le Federicus de ce document est considéré comme étant Federico Savorgnan, capitaine de la ville d’Udine . Son nom apparaît continuellement dans les délibérations de ces années troublées et cette omniprésence laisse imaginer qu’il s’agit bien du dominus dont parle l’acte cité ici.

On trouve une confirmation de la présence de Fiore dei Liberi dans une délibération du conseil d'Udine, du 30 septembre 1383, où les échevins lui confient la tâche d'examiner et de remettre en état toutes les arbalètes et toutes les armes possédées par la Commune et les fraternités d'Udine.

Au mois de février 1384, un document qui décide de la vente de biens confisqués et d’une demande d’aide à la ville de Venise nomme encore un certain Fiore dei Liberi, aux cotés d’un certain Domenico Parussini. Un autre document retraçant le déroulement d’une séance du conseil du 23 mai de la même année mentionne encore le nom de Fiore dei Liberi, sous le titre "Magister Florius Scarmitor" ou "Maître Fiore, escrimeur"

Les ouvrages

Ces quatre ouvrages connus sont:

Deux autres manuscrits, le Codex LXXXIV et le Codex CX, dont la description ne correspond à aucun des traités susmentionnés, lui sont attribué dans les Catalogues (respectivement en 1436 et 1508) de la Biblioteca Estense, à Ferrara. On a aujourd'hui perdu leur trace.

Une tradition Italienne ?

Fiore dei Liberi est le premier Maître d'Escrime de culture Italienne dont les écrits nous sont parvenus. Il vit dans une région qui à la fin du XIVe siècle est encore déchirée par le conflit entre les Guelfes et les Gibelins, et où les affrontements fréquents favorise la présence de nombreux mercenaires étrangers. Il dit avoir appris l'escrime de nombreux maîtres Italiens et Allemands et nomme parmi eux Johane dicto suueno lui même élève du Maître Nicholai de toblem mexinensis diocesis. Là encore les hypothèses sont nombreuses quant à l'identité de ces deux hommes.

Les élèves qu'il nomme, sûrement ceux qu'il considérait comme les plus prestigieux sont associés aux Condottieri du Nord de l'Italie et du Sud du Saint Empire. Fiore destine son art des armes aux Cours des nobles de la région et au monde chevaleresque.

Si l'escrime de Fiore dei Liberi n'a pas survécu aussi longtemps que celle de Lippo Dardi, on trouve de nombreux points communs entre ses traités et un certain nombre d'oeuvres ultérieures, notamment les écrits de Philippo Vadi et de Ludwig Von Eyb, témoins d'une transmission de ses enseignements ou de l'existence d'une source d'inspiration commune.

Sources numérisées

Compilations, transcriptions et traductions

Compilation des transcriptions et traductions complètes des quatre traités :

Interprétations

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes en français

Liens externes en anglais

Bibliographie de référence en français

Bibliographie de référence en anglais

  • ISBN : 978-3981162707 - Fiore dei Liberi 1409 Wrestling and Dagger - Colin Richards
  • ISBN : 978-0-9825911-7-8 - Fiore dei Liberi’s Armizare - Robert N. Charrette
  • ISBN : 978-1606060766 - The Knightly Art of Battle - Ken Mondschein
  • ISBN : 978-1-937439-00-2 - Armizare Vade Mecum - Guy Windsor