Antoine de la Roche Aymon

De Wiki AMHE
Révision datée du 25 juin 2021 à 13:46 par Julien Garry (discussion | contributions) (Page créée avec « Né dans une vieille famille de l’aristocratie française, '''Antoine de la Roche Aymon''' (1772-1849) suit une formation militaire brillante, avant d’intégrer la cav... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Né dans une vieille famille de l’aristocratie française, Antoine de la Roche Aymon (1772-1849) suit une formation militaire brillante, avant d’intégrer la cavalerie française. Royaliste, il fuit la France Révolutionnaire pour l’Allemagne en 1792, où ses compétences d’officier sont mises à profit dans la cavalerie légère prussienne, alors l’une des plus réputées d’Europe. Il monte rapidement en grade dans les hussards (il est commandant en second en 1806) et affronte même les troupes Napoléoniennes aux côtés des prussiens (comme à la bataille d’Iéna). Alors que le climat s’apaise entre la France du Premier Empire et la Prusse (après une série de défaites prussiennes), il participe à la réforme de l’armée Prussienne. Spécialiste de la Cavalerie légère, il rédige des recommandations pour ces troupes. Napoléon le rappelle par deux fois en France, mais alors que le climat politique se tend de nouveau entre son pays d’adoption et son pays natal, il refuse de rejoindre l’armée de l’Empereur, et s’en retourne en Prusse, déjouant la surveillance policière dont il fait l’objet.

Sous la Restauration, il rejoint finalement l’armée française et est nommé maréchal de camp ; il est également décoré par Louis XVIII pour ses exploits militaires en Prusse. Pendant les 100 jours, il s’exile dans son château familial, et ne retourne à Paris qu’une fois le roi de nouveau sur le trône.

Il alterne ensuite carrière politique et militaire, continuant son travail d’expertise sur la cavalerie légère, française cette fois, avant de finalement se retirer définitivement après la Révolution de 1848 et le retour de la République.

C’est en 1817, sous la deuxième Restauration, qu’il rédige un texte, adapté de son travail en Prusse : Des troupes légères ou réflexion sur l'organisation, l'instruction et la tactique de l’infanterie et de la cavalerie légère. Ce gros ouvrage contient, entre autre, une méthode de combat à cheval d'inspiration prussienne.

Source Numérisée

Transcription et Introduction