Antonio Manciolino

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Antonio Manciolino (dont on ne connaît pas les dates) est un maître d'armes italien qui a tenu une salle d'armes à Bologne, en Italie du Nord, durant le XVIè siècle. Il est connu par son traité, Opera Nova, de 1531, qui fait de lui l'un des représentants de la tradition bolonaise.

Biographie

On ne connaît presque rien de Manciolino d'un point de vue biographique, et en l'état actuel des recherches, son existence est uniquement attestée par son traité. On peut penser qu'il connaissait Achille Marozzo, un autre maître d'armes bolonais, qui a publié son propre traité en 1536, sous le même nom Opera Nova; il est possible de pousser la conjecture jusqu'à penser que Manciolino et Marozzo ont partagé le même maître, Guido Antonio di Luca, mentionné dans le traité de Marozzo.

Le traité

Le titre étendu du livre imprimé est Opera Nova per Imparare a Combattere, & Schermire d'ogni forte Armi, complété sur la première page par l'annotation Di Antonio Manciolino Opera Nova, ove li sono tutti li documenti & vantaggi che si pono havere nel mestier de l'armi d'ogni sorte novamente corretta & stampata. Il s'agit d'une édition "corrigée et révisée" publiée à Venise chez Nicolo d'Aristotile en 1531; la première édition est perdue. La dédicace est au duc "Don Luisi de Cordoba", c'est-à-dire Luis Fernández de Córdoba (1480-1526), qui fut probablement l'élève et le mécène de Manciolino. Le duc est mentionné comme étant orateur du pape Adrien VI: celui-ci fut pape du 9 janvier 1522 au 14 septembre 1523, donnant ainsi un intervalle probable pour la date de parution de cette première édition.

Le traité de Manciolino est fondamental en ce qu'il est le premier traité datable avec certitude de la tradition bolonaise. Les traités anonymes MS Ravenna 345 et MS Ravenna 346 sont sans doute antérieurs, mais cela n'est que conjecture. L'introduction de l'Opera Nova de Manciolino a néanmoins une grande similarité avec le MS Ravenna 345[1][2].

Le traité est composé de 63 pages. Il est structuré de la manière suivante: une introduction, puis six chapitres nommés "livres".

L'introduction donne des conseils généraux sur l'escrime. Elle décrit de manière très notable, une forme de convention d'escrime pour des assauts courtois en salle: d'une part une règle, donnant droit à un escrimeur touché, de riposter tant qu'il ne marche pas plus d'un pas, afin de "regagner son honneur"[3], et d'autre part une règle de décompte de points (trois pour la tête, deux pour le pied, un pour le reste du corps)[4]. L'introduction décrit également une dizaine de gardes.

Les livres décrivent l'emploi de l'épée le plus souvent accompagnée d'une arme dans la main gauche: bocle, bouclier, cape, seconde épée, dague. Après une énumération de coups et parades pouvant être effectuées depuis chacune des gardes (livre un), l'auteur présente des assalti, c'est-à-dire des combats fictifs décrits en détail pour illustrer le livre précédent, chaque assalto débutant et terminant par une suite d'actions d'embellissement (abellimento). Cette approche est typique de la tradition bolonaise, on la retrouve chez Marozzo. Ces assalti sont réalisés à l'épée avec bocle. Les livres suivants réalisent des variations avec d'autres armes à la main gauche. Enfin, le dernier livre traite de diverses armes d'hast.

Références

  1. Transcription: L'Arte della Spada - Trattato di Scherma dell'Inizio del XVI secolo di Anonimo Bolognese, a Cura di Marco Rubboli e Luca Cesari, édité par Il Cerchio collana Gli Archi, 2005, 384 p., ISBN 88-8474-093-2
  2. Traduction française de l'introduction du MS-345 par Didier de Grenier, https://lartedellarmi.files.wordpress.com/2015/03/ms345-anonymebolonais-theorie.pdf
  3. Opera Nova, 1531, introduction: "Non è lecito dopoi il receuuto colpo far piu di una ri sposta scorrendo innanzi con un uarco: il perche con tutto l’ingegno si deue far buona: conciosiacosa che con quella si possi ricuperar l’honore."; traduction (Aurélien Calonne): "Il n’est pas autorisé après la réception d’un coup de faire plus d’une riposte en avançant d’un pas. Et en faisant bien celle-ci avec tout son génie, on peut récupérer son honneur".
  4. Opera Nova, 1531, introduction: "Il colpo nella testa: per la eccellentia di tanto membro è riceuuto per tre: & il colpo nel piede si toglie per dui hauendo riguardo a la malageuolezza di farlo cosi basso."; traduction (Aurélien Calonne): "Les coups à la tête sont comptés pour trois en raison de l’excellence de ce membre. Le coup tiré au pied pour deux en égard de la difficulté de faire un coup aussi bas."

Source numérisée

Transcriptions

Traductions

  • Traduction (en cours) de l'Opera Nova
  • Antonio Manciolino (trad. Aurélien Calonne), Opera Nova: Pour apprendre à combattre et à se défendre avec toutes sortes d'armes, A. Calonne,‎ 2015, 118 p. (ISBN 978-2955430002)