Joseph Charlemont

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Charlemont (°1839 à Lesdain - +1918), fut un maître d'armes et entraîneur de boxe française. Il était le père de Charles Charlemont qui exerçait les mêmes activités.

Vivant dans la pauvreté, et ne parvenant pas a trouver de métier stable, il s'engage dès ses 17 ans auprès du 2e régiment de zouaves, à Oran. Il rencontra à Aïn-Kial un détachement de soldats du bataillon d'Afrique qui s'amusait à jouer du chausson. Ce furent ses premières leçons de boxe. De retour à Paris, ne trouvant pas de travail, il s'engage pour le 19e bataillon de chasseurs à pied. Il y avait cette fois-ci une salle de boxe, Charlemont s'y inscrit. Les professeurs lui trouvant rapidement les qualités et le jeu inné, le présente et lui font obtenir le grade de prévôt. Il devient rapidement un tireur des plus habiles.

En 1861, il allât trouver Louis Vigneron qui organisait alors un assaut public, lui réclamant de pouvoir y paraitre. Après un rapide échange gants aux poings, Vigneron est convaincu de ses capacités. Par la suite, il fréquente, travaille et enseigne à la salle Vigneron.

Lorsque le 19e régiment part pour Arras, Charlemont y enseigne la canne et la boxe et voit l'occasion de transmettre ce qu'il vient d'apprendre à Paris. Il y rencontre Boulanger, Brigadier Maître d'armes du 2e régiment de Dragons, qui sera plus tard Adjudant moniteur à l'école de Joinville. En rejoignant le Bataillon à Douai, il devient premier maître attaché à une salle de Boxe. En 1865 il quitte le 19e bataillon de chasseurs à pied pour devenir professeur de boxe, canne, sabre et bâton au 99e régiment de ligne qui tenait garnison à Paris. C'était l'occasion pour Charlemont de retourner fréquenter la salle Vigneron. Il profitera généralement de ses déplacement pour faire des démonstrations publiques, sera régulièrement inviter à donner l'assaut et affrontera de nombreuses personnes au fait de sa réputation. Le 1er octobre 1869, il retourne à la vie civile et devient professeur de boxe au gymnase de la Sorbonne. Fâché par la suite avec le directeur du gymnase, il ouvre avec l'aide de ses élèves, une salle dans l'ancien couvent des Ursulines. La guerre franco-allemande viendra mettre un sérieux coup au développement de la salle et de la boxe en générale. Il fuit Paris de 1873 à 1879 pour la Belgique où il reprend les leçons et les démonstrations publiques.

Bibliographie

  • Traité théorique et pratique de la boxe française, 1877
  • L'art de la boxe française et de la canne : nouveau traité pratique et théorique, 1899
  • La Boxe française, historique et biographique, souvenirs, notes, impressions, anecdotes, 1899: https://archive.org/stream/laboxefranaisehi00char

Sources numérisées

Articles sur la boxe Charlemont

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes