Michel Martin

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Michel Martin est un maître d'armes français qui publia en 1737 un traité d'épée de cour nommé Le Maître d’armes ou l’abrégé de l’exercice de l’épée, inspiré du traité de Jean Labat et de André Wernesson de Liancour.

Biographie

Michel Martin est originaire de Toulouse et devient bourgeois de la ville de Strasbourg le 20 décembre 1732 comme maître d’arme rattaché à la corporation (Zunft, entité politique rassemblant divers métiers) de la Mauresse. A cette date, il est déjà marié à Ursula Rey dont il aurait eu au moins 6 enfants. Il semble enseigner l’escrime à Strasbourg dès cette année puisqu’en 1747 il prétend exercer cette activité depuis 15 ans, argument qu'il ressert en 1752 où il dit exercer depuis 20 ans. En 1756 c'est devenu 25 ans, peut-être par exagération.

Martin obtiendrait vers 1737-740 le privilège d’être le seul maître en fait d’armes de la ville. Deux maîtres sont alors déboutés de leur demande d’installation, à priori en 1738 environ (Martin précisant 14 ans environs en 1752), Martin ayant montré à des commissaires son livre de compte et prouvé que son emploi n’était pas assez lucratif pour être soumis à la concurrence. De plus une réforme du roi aurait déversé des maîtres d’armes dans les garnisons des troupes de cornette de cavalerie ainsi que chez les lieutenants et sous-lieutenants d’infanterie. (Voir à ce propos Letainturier-Fradin qui indique qu'à Nancy aussi, il est aussi question d'une exclusivité accordée à un maître d'arme hormis ceux qui peuvent enseigner au sein des garnisons).

En 1752, la salle d'arme de Michel Martin est localisée sur le lieu même du Poêle de la Tribu des Maréchaux (Schmidtzunft Stuebe), Grand Rue, avant de s'établir avant de 1761 dans la rue de la Demi-Lune. Il publie au poële des Maréchaux son traité d’escrime en 1737 : Le Maistre d’Armes ou l’Abrégé de l’Exercice de l’Epée, démontrée par le Sieur Martin, Maistre en fait d’Armes de l’Académie de Strasbourg. Au poële des Maréchaux, 1737. 16 gravures en taille douce de Lavreau. 185 pages.

Il aurait eu en 1751 des mois sans aucun écolier, et aurait proposé un prix d’une épée aux bourgeois organisé en fin d’année pour émuler l’envie de suivre des cours.

Michel Martin défend à plusieurs reprises son privilège d'exercer seul l'escrime à Strasbourg. Mais une affaire l'occupe particulièrement : en 1750 son ancien prévôt, Joseph Sicard, à son service depuis 1744, obtient un certificat d’apprentissage indiquant qu’il a bien reçu la formation de maître en fait d’armes contre une lettre de soumission où il indique devoir chercher un emploi dans une autre ville. Néanmoins le 18 juin 1750 il reçoit l’autorisation du prêteur royal d’exercer comme maître en fait d’armes à l’université. Il fait le preuve de ses talents et fut reçu et immatriculé le 29 juin suivant après serment. Il semble que Martin ait demandé au prêteur de rayer Sicard des maîtres de l’université, ce qui fait mais mais rapidement annulé par le même prêteur. Martin écrit au magistrat demandant l’annulation du droit d’exercer de Sicard. Il s’appuie sur le privilège qui lui avait déjà été accordé d’être le seul maître en ville. Sa lettre est lu le 10 juin 1752 et le conseil et les XXI, institution réunissant échevins et oligarques, semble lui avoir donné raison en portant défense à Sicard de tenir salle publique de leçon d’armes. Le 6 septembre 1752, Sicard fait appel auprès du conseil souverain d’Alsace à Colmar faisant état de l’incompétence des juges et de l’indépendance de l’université vis-à-vis du magistrat de Strasbourg. La ville oppose plusieurs documents (lettre d’avocats, mémoire de juristes) contestant la validité de cet appel. Le 1er septembre 1753 le Conseil d’Alsace déclare l’appel non recevable.

En 1758, un autre maître vient faire concurrence, Neuville, contre lequel Martin sollicite à nouveau le conseil pour lui retirer sa charge, mais obtient de Martin en 1769 une délégation pour exercer le métier de maître en fait d’arme pour une année.

Il semble que Martin meure cette année ou la suivante. En effet la dernière mention de Michel Martin date de 1770, où une de ses filles, Magdeleine Martin est mandatée pour négocier la succession de son père, en attendant le retour d’un frère capitaine au service de Pologne.

Source numérisée

Transcription

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie de référence

Archives de la ville et communauté urbaine de Strasbourg (AVCUS)

  • 4e livre de bourgeoisie, 1732, fol. 993.
  • AVCUS VI 649 document 13. Pièces du procès opposant Martin à Sicard, documents de 1752 à 1756.
  • AVCUS III 40 document 23. Contestation de Martin suite à la nomination de Neuville comme deuxième maître d’arme.
  • AVCUS III 77 document 21. 3 documents. Deux lettres quasiment identiques et une copie d'un acte de 1747. Réclamation en 1753 de Martin suite à la suppression d’une prime de 120 livres qu’il recevait depuis 1747 en contrepartie de cours donnés gratis à des privilégiés désignés par les magistrats.
  • AVCUS III 186 document 6. Accord entre Neuville et Martin pour que ce premier puisse occuper la charge du second pour un an.
  • AVCUS VI 654 document 7. Documents ayant traits à la succession de Martin, opposant Malté à Neuville. 1770-75

Bibliographie publiée

  • Letainturier-Fradin, Les Joueurs d'épée à travers les siècles, p. 293 pour le parallèle avec la ville de Nancy.
  • Seyboth Adolf, Das Alte Strassburg, vom 13. Jahrhunder bis zum Jahre 1870. Geschichtliche Topographie nach den Urkunden und Chroniken. Strasbourg, 1899. Pages 72 et 89 pour la localisation des salles d'armes de Martin