Philibert de la Touche

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

L'Auteur

Philibert de la Touche est un maître d'armes français qui publié en 1670 un traité d'épée de cour nommé "Les vrays principes de l'espée seule".

Il y a peu d'informations biographiques sur Philibert Morin sieur de La Touche. Dans son traité, une gravure le représentant nous informe qu'il est né à Nevers. Le portrait montre un homme pouvant avoir entre 40 et 50 ans.

La plus ancienne mention de Philibert Morin date de 1646.[1] André Morin sieur de Saint-André gérait jusqu'à cette année une salle d'armes dans la rue des Petits-Champs et en décembre il signe un contrat d'association avec un jeune maître venant d'être reçu dans la compagnie des maîtres d'armes parisiens, Philibert Morin. Ce n'est pas son fils, c'est sûr, mais le contrat ne signale s'ils ont un lien de famille [2]. Si l'information concernant sa récente promotion est juste, ceci signifierait qu'il aurait entre 20 et 30 ans à cette époque, ce qui est compatible avec l'estimation faite ci-dessus, et donnerait une date de naissance aux alentours de 1620.

Faisons un apparté au sujet d'André Morin sieur de Saint-André. Il n'est pas simplement maître d'arme membre de la compagnie des maîtres parisiens, mais a été l'un de ses gardes durant plusieurs années, puisqu'il est cité avec ce titre dans les statuts de la compagnie de 1633 et 1644. Ceci veut dire qu'il avait la responsabilité de vérifier le respect des statuts par les autres maîtres [3]. Un inventaire détaillé réalisé après sa mort, donne de nombreuses informations sur ses possessions. Il louait une grande maison de 14 pièces à Paris (9 chambres, une salle de réception, une cuisine et 3 cabinets), répartis en deux bâtiments séparés. La plupart de ces chambres semblaient être à disposition de gentlemans de Province venant suivre ses leçons [4]. La famille d'André Morin était proche de l'aristocratie et André disposait lui-même du titre d'"écuyer sieur de Saint-André". André a eu au moins deux enfants, Françoise et Louis. Un certain Nicolas Morin était maître d'armes des princes de Vendômes, mais là encore on ne sait pas s'il était apparenté à André. Sa fille, Françoise, maria un autre maître d'armes, Jean Lhuillier en 1648. Son fils, Louis Morin, est aussi devenu maître d'arme et travailla en 1645 pour le prince de Condé. Quand André Morin mourut en en 1647, Louis repris le titre de “Saint-André” [5]. Louis devint plus tard garde de la companie des maîtres, au moins en 1683 et 1692 [6] et il a pu être le “Morin, guarde de la compagnie” qui certifia la qualité du livre de La Touche en 1670 [7].

A la mort d'André, Philibert Morin signe dès mars 1648 un bail avec la veuve d'André Morin pour continuer à utiliser la salle d'arme, une cave située dessus et des cabinets. Mais Philibert Morin n'avait sans doute pas les finances ou la notoriété pour maintenir l'affaire et dès 1650 il loue pour trois ans une maison rue du Louvres à Paris avec sa femme [8]. Fait notable, ce document est la plus ancienne mention du titre “sieur de la Tousche”. Peu après 1663, Philibert Morin Sieur de la Touche est mentionné dans un acte notarié comme tuteur des descendants de Jacques Frettau, “Maître d’Hôtel” du duc de Chevreuse [9]. La même année, 1663, il est mentionné dans la liste des officiers de la reine [10]. Il multiplia rapidement les responsabilités dans les services de la reine comme maître d'arme avec un revenu annuel de 560 livres [11]. Cette activité ne devait du reste pas être incompatible avec d'autres responsabilités similaires auprès de la maison du frère du roi, signalée dans son traité.

Vers 1670, le roi de France cherchait un maître d'arme pour sa propre personne et le dauphin. C'est certainement à cette occasion que Philibert Morin publia son livre, du moins c'est ainsi que l'interprète Lahaye – spécialiste de la vie du dauphin - comme acte de candidature au poste de maître d'arme du dauphin [12]. Cette interprétation a le mérite d'éclairer la dernière phrase de l’épître dédicatoire où La Touche écrit qu'il serait comblé que le livre participe à l'instruction du prince. La gravure, placée au fronton du livre, porte elle aussi des éléments qui vont dans ce sens: le dauphin est représenté à environ 10 ans à la droite. Il reçoit une épée des mains du roi et d'une allegorie de la France avec les armes de La Touche apposées sur son bouclier. Une allégorie de la gloire proclame les victoires du roi. Ceci prêche la nécessité pour le dauphin d'apprendre l'escrime pour le préparer à ses futures victoires. Malheureusement, c'est le maître d'armes Rousseau qui reçut la charge de maître du roi en 1670 [13]. La Touche obtient finalement celle du dauphin le 17 novembre 1677 [14]. Son nom apparaît dans la liste des officiers du dauphin en 1678 sans mention des revenus associés. Il est aussi spécifié que ce titre n'était pas automatiquement transmissible à son fils après sa mort, ce qui peut indiquer qu'il avait une descendance connue à cette date [15]. En 1686 La Touche dispose encore de deux offices ; maître en fait d'armes de la maison du Dauphin, rémunérée à 1 800 livres dans les officiers de l'écurie, il est aussi maître tireur d'armes pour montrer aux pages, rémunérée à 200 livres annuelles. Cette deuxième charge est notée comme lui étant attribuée ainsi qu'à "son fils à survivance" [16]. En 1687, il garde ces deux offices, mais, est-ce une économie d'édition, la mention d'attribution à son fils à survivance d'apparaît plus [17].

Aucune autre information n'est connue concernant la fin de sa vie.

Source numérisée

Transcription

Partie sur le combat à cheval par Alexandre Guidoux

Notes et références


[1] Daressy prétend que Philibert de la Touche était actif dans le milieu de l'escrime depuis 1644 mais il n'en donne aucune preuve. Voir "Archives des maîtres d’armes de Paris", p. 104.

[2] Croiser le fer, p. 86.

[3] Daressy, p. 36 et 50.

[4] Croiser le fer, p. 108.

[5] Croiser le fer, p. 86 and p. 115-116.

[6] Daressy, p. 107.

[7] La Touche, Les Vrays principes de l'espée seule, p. 6.

[8] Archives nationales de France. Le contrat de bail avec la veuve de Saint-André est dans les minutes du notaire Michel LE CAT, cote MC/ET/CXXI/12. L'autre contrat de bail est daté du 17/02/1650, des minutes de Pierre HUART, cote MC/ET/XLIX/328.

[9] Ferrière, La science parfaite des notaires, p. 390-392.

[10] “Un maître en fait d'armes, Philippe Morin, sieur de la Touche”. Besongne, L’Estat de la France…, p. 335.

[11] L'État de la France ou l'on voit tous les Princes, Ducs et Pairs, Marêchaux..., 1674, p. 383, 389 and 479.

[12] Lahaye, Le fils de Louis XIV : monseigneur le Grand Dauphin.

[13] Croiser le fer, p. 104.

[14] “Monseigneur le Dauphin commença à monter des Chevaux d’Ecole […] Le sieur de la Touche aura l’honneur de luy enseigner à faire des armes.”Gazette, n°104, p. 880.

[15] L'État de la France ou l'on voit tous les Princes,..., 1678, p. 404, 410, 424 and 497.

[16] L'État de la France ou l'on voit tous les Princes,..., 1686, p. 507 and 647.

[17] L'État de la France ou l'on voit tous les Princes,..., 1687, p. 604 et 747.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie de référence

  • Besongne N., L'Estat de la France, nouvellement corrigé & mis en meilleur ordre…, Paris: Estienne Loyson, 1663
  • Brioist Pascal, Drévillon Hervé, Serna Pierre, Croiser le fer : violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe – XVIIIe), Seyssel : Champ Vallon, 2002
  • Daressy Henry, Archives des maîtres d’armes de Paris, Paris: Quantin, 1888
  • La Touche Philibert de, Les Vrays principes de l'espée seule, Paris : F. Muguet, 1670
  • Ferrière Claude de, La science parfaite des notaires ou le moyen de faire un parfait notaire : contenant les ordonnances, arrests et réglemens rendus touchant la fonction des notaires royaux et apostoliques, 2th ed., Paris: Charles Osmont, 1686
  • Gazette, 1677 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32780022t/date1677
  • L'État de la France ou l'on voit tous les Princes, Ducs et Pairs, Marêchaux..., Paris : Henry Loyson, 1674
  • L'État de la France ou l'on voit tous les Princes, Ducs et Pairs, Marêchaux..., Paris : J. Le Gras, 1678
  • L'État de la France ou l'on voit tous les Princes, Ducs et Pairs, Marêchaux..., Paris : Etienne Loison, 1686
  • L'État de la France ou l'on voit tous les Princes, Ducs et Pairs, Marêchaux..., Paris : Etienne Loison, 1687
  • Lahaye Matthieu, Le fils de Louis XIV : monseigneur le Grand Dauphin, 1661-1711, Seyssel: Champ Vallon, 2013