Ms 1324

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Le Codex MS 1324

Le manuscrit De Arte Gladiatoria Dimicandi (De l’art du combat) est actuellement archivé sous la référence MS 1324 dans le fond Vittorio Emmanuele de la bibliothèque nationale de Rome, en Italie. Non daté, il a été écrit par le maître d’armes italien Philippo di Vadi da Pisa et catalogué dans la bibliothèque des ducs d’Urbino.

En se basant sur sa référence et les dates des ouvrages le précédent et le suivant dans la bibliothèque, on en déduit qu’il fut offert entre 1482 et 1487. Il a probablement été rédigé entre 1452 et 1470 (et finalisé jusqu’en 1482) lorsque Philippo Vadi était conseiller de Borso d’Este et avait accès aux codex de Fiore dei Liberi.

Le traité est dédié à Guidobaldo da Montefeltro, Duc d’Urbino, et Philippo Vadi est désigné dans des sources juridique comme « Magister Scrima », chargé de l’enseignement martial du Duc.

Une grande partie du texte de ce manuscrit semble être une reprise du célèbre « Flos Duellatorum » de maître Fiore dei Liberi (1350 – 1420). La mise en page est quand à elle directement inspirée de « Florius de Arte Luctandi », le 4ième manuscrit de Fiore. Travaillant pour la famille d’Este, Vadi a eu accès à une copie du manuscrit de Fiore et s’inscrit donc dans la tradition de Liberi.

Toutefois, De Arte Gladiatoria Dimicandi ne peut pas être considéré comme un plagiat simple de Liberi : il apporte en introduction des illustrations, 16 longs chapitres qui explicitent la plupart des subtilités de l'escrime italienne médiévale. De plus, le travail de Vadi décrit en particulier les déplacements et la position des pieds ainsi que de nombreuses techniques qui lui sont propres.

Le MS 1324, du fond Vittorio Emmanuele de la bibliothèque nationale de Rome, est enluminé sur parchemin. Ses dimensions sont de 25x15 cm, soit un ouvrage relativement petit. Il est relié à une date non identifiable par une pièce de cuir dorée. Les lettrines sont d’une exécution soignée, probablement de la main d’un professionnel et on pourrait y voir la même main que celle de la signature au feuillet « 16r », sans aucune certitude cependant.

Le premier feuillet (lv) est orné du sceau des ducs d’Urbino et de l’inscription GVI.V. .DUX. VR. (probablement une abréviation répétitive de Guidu dux Urbitatem pour Guido,Duc d’Urbino).

Il n’y a pas de trace de numérotation visible, mais le feuillet « 1r » du manuscrit constitue certainement la première page, placée immédiatement après le sceau, et a pour objet la dédicace à Guidobaldo da Montefeltro, duc d’Urbino.

L’ouvrage est divisé en deux parties distinctes, un prologue décrivant l’art de l’escrime du feuillet « 1r » au « 14v » puis une autre partie illustrée en couleur du « 15r » au « 42v » présentant les techniques spécifiques de l’épée longue, la dague, la hache d’armes (pollaxe), la lance et le baton. On note deux sous partie dans cette dernière, à savoir une première présentation de schémas feuillets « 15r » et « 15v » suivie d’une partie plus classique d’illustrations et de commentaires, du « 16r » au « 42v ».


Historique du manuscrit

[De 1445 à 1470] – Au sein de la famille d’Este, Philippo Vadi est gouverneur de Regio puis conseiller de Borso d’Este. Il a accès à certains manuscrits de Fiore dont le « Florius de Arte Luctandi » qu’il étudie largement. Il a tout en main pour jeter les premières lignes de son codex.

[Entre 1452 et 1487] – Période large mais pendant laquelle Philippo Vadi a potentiellement pu écrire son codex.

[Date inconnue entre 1482 et 1487] – Arrivée du codex 1324 dans les archives de la librairie ducale d’Urbino (Italie), sous forme d’un présent offert par Philippo Vadi au duc Guidobaldo da Montefeltro.

[1502] – Jusqu’alors conservé dans la librairie ducale à Urbino, il disparait des archives lors de la conquête de la ville par Cesare Borgia.

[1500s] – "Di Francescho a leoni battiloro e de sua amici" est inscrit à l’intérieur de la couverture, dans une écriture du 16ième siècle.

[Avant 1838] – Acquis par le libraire anglais JT Payne (vendu à Londres en 1838 à Sir Thomas Phillipps).

[1838-1872] – Détenu par Sir Thomas Phillipps (1792-1872), listé par erreur deux fois sous les références Mss. Ph. 11725 et 13545 (acheté à Londres à JT Payne en 1838).

[1885-1938] – Détenu par Thomas FitzRoy Fenwick (1856-1938), qui pris le controle de la librairie Phillipps en 1885 après un litige prolongé (vendu à Londres en 1946).

[De 1946 à 1967] – Détenu par les libraires Phillip et Lionel Robinson, qui ont acheté les invendus de la « Phillipps Library », incluant Mss. Ph. 11725&13545, pour £100,000 (vendu à Londres par Sotheby’s en 1967)

[De 1967 à maintenant] – Acheté par le ministère de l’éduction Italien et stocké à la bibliothèque nationale centrale de Rome.

L’héritage de Fiore

La majorité des étudiants travaillant sur les écrits de Fiore s’accorde à dire que la seule façon d'interpréter correctement son système (l'arte dell'armizare) est d'étudier l'ensemble, et non chacun de ses livres. Les travaux dérivés de maîtres comme Vadi sont également capitaux dans la compréhension de l'art de Fiore, et inversement.

Six manuels ont été écrits sous la direction de Fiore, dont certains rédigés par des scribes. Trois l'ont été par des disciples indirects de Fiore (dont Vadi). Les codex Ludwig et de Vienne sont en allemand et sont plus des compilations de traités d'époque incluant les travaux de Fiore.

Le manuscrit « Florius » se démarque des autres et est de loin celui qui a le plus de choses en commun avec le traité de Vadi. C'est une importante source d'inspiration : les costumes et nombreuses illustrations, tous peints et en couleur, avec 2 images par page, sont la caracteristique commune de ces deux traités que l'on ne trouve pas dans les autres. En revanche, Vadi ne reprend quasiment pas le système de couronne pour représenter le maître et l'élève.

Comme le Novati et le Florius, Vadi dispense son enseignement sous forme de courts couplets. Le Novati a beaucoup plus de contenu en commun. De Arte Gladiatoria Dimicandi et le Florius sont tous deux organisés sans beaucoup de logique et le traité de Vadi ressemble à l'organisation du Getty et du Novati, excepté pour la dague et la lutte qui ont été maladroitement déplacés à la fin. Il y a néanmoins des différences notables avec le Florius, qui est le seul écrit entièrement en latin. Le Florius n'a pas d'introduction. Le prologue est aussi long dans les deux et Vadi y met en évidence de nombreux aspects du système de Fiore qui ne sont pas évidents lorsqu'on regarde seulement les jeux. Les nombreux chapitres du prologue rappellent de nombreux concepts martiaux de traités ou de maitres allemands contemporains de Vadi.

Les codex MS 84 et MS 110 étaient présents dans la bibliothèque de la famille d'Este, dans le marquisat de Ferrare, lors de la création des indexes de 1436 et 1508. Il n’y a plus d'enregistrement de ceux-ci lors des inventaires ultérieurs et ils sont considérés comme perdus. D'après le Novati, le MS 84 a 58 folios à la reliure de cuir avec fermoir, ornée d’un aigle blanc et de deux heaumes sur la première page. Le MS 110 est composé de 15 petits folios parcheminés non reliés, rédigé sur deux colonnes. Aucune de ces descriptions ne correspond aux manuscrits connus de Fiore, ils sont donc communément considérés comme des travaux distincts des autres manuscrits du maitre.

A prendre avec précaution, la biographie relativement fictive de Fiore par Zanutto en 1907 indique que Fiore fut au service du duc Nicolas III d'Este qui lui commanda en 1410, 3 copies de « Fior di battaglia » (en latin Flos Duellatorum ). Philippo Vadi travailla pour la famille d’Este et a probablement eu accès au Florius (similitudes des traités) qui serait l’un des trois. Le Getty et le Novati sont dédicacés à Nicolas III d'Este et pourraient donc être les 2 autres (mais pas de preuve du passage dans la bibliothèque). Enfin, les MS 84 et MS 110 sont très différents (nombre de folios) des autres et ont également été dans la bibliothèque des Estensi (disparus après 1508).


Sources numérisées

Chapitrage

A compléter

Traduction


Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes en français

Liens externes en anglais

Bibliographie de référence