Paulus Kal

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Paulus Kal était un maître escrimeur allemand du XVème siècle. En 1460, il écrit un traité de combat décrivant l'art de l'escrime (Cgm 1507, 95 folia).

Paulus Kal est un maître d'escrime et un auteur présumé de livre de combat du XVe siècle. Il est l'un des premiers auteurs à avoir systématiquement associé les vocabulaires et les concepts de la tradition martiale liechtenauerienne avec des illustrations, faisant ainsi plus ou moins disparaître le texte orthodoxe.

Il est également remarquable car il cite dans l’un de ses ouvrages une liste de maîtres d’armes dont certains sont connus par le biais de la tradition liechtenauerienne. C’est ainsi qu’il s’affilie à Johannes Liechtenauer, mais aussi à Peter von Danzig ou encore Sigmund Amring. Mais c’est sa vie, assez bien documentée en plus des éléments que fournissent ses livres d’armes, qui en fait un personnage d’exception.

  • Sa naissance est estimée aux alentours de 1420 par Christian Tobler, aux alentours de la ville de Dingolfing.
  • En 1422, on trouve la mention d’un certain Paulus Kal, collecteur d’impôts, mais rien ne permet de le relier au maître d’armes éponyme. Il pourrait s’agir de son père, ou de son grand père.
  • En 1448, il participe à la défense de la ville de Nuremberg en supervisant le commandement d’un ensemble d’artillerie.
  • En 1450, nous apprenons que Paulus Kal rentre au service de Louis IV de Wittelsbach, comte palatin du Rhin, en tant que schirmmaister. On retrouvera ce titre dans le document militaire de l’année 1461.
  • En 1468, il participe à des opérations militaires à la forteresse de Saldenburg, toujours au service de Louis le riche.
  • En 1470, il supervise la confection du livre d’armes luxueux dédié à Louis IX, le manuscrit coté Cgm 1507.
  • En 1475, Paulus Kal est mentionné dans la liste d’invités au mariage de Georges de Bavière avec Hedwige Jagellin, la fille du roi de Pologne Casimir IV.
  • En 1480, Paulus Kal rentre au service de la maison des Habsbourg, sous la protection de Sigismond, archiduc d’Autriche et régent du Tyrol. Il touche à cet effet la somme considérable de 100 florins. Il lui sert même de témoin lors d’un procès en 1485. C’est la dernière mention connue du nom de Paulus Kal et on peut imaginer qu’il meurt peu de temps après, ce qui le ferait décéder autour de l’âge de 70 ans.

Le parcours de Paulus Kal est exceptionnel, à plus d’un titre. Visiblement issu d’un monde non noble, le maître d’escrime parvient à se hisser aux plus hauts sommets. Sa vie est le parcours idéal d’un homme de guerre, maître d’armes, qui parvient à force de service et de victoires, comme le laisse entendre son intervention au siège de Saldenburg, à une position sociale élevée, couronnée par une entrée à la cour des Habsbourg à la fin du XVe siècle.


La confrérie de Liechtenaeur (Gesellschaft Liechtenauers)

Dans le milieu du XVème siècle, il était prestigieux pour un maître d'arme de se déclarer de la tradition de Johannes Liechtenauer. Paulus Kal (Cgm 1507, 1460) donne la liste de 17 maîtres d'armes, dont lui-même, appartenant à la "société de Liechtenauer" (Gesellschaft Liechtenauers).

Traités, transcriptions et traductions

Copies

Notes et références


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie de référence