Johannes Liechtenauer

De Wiki AMHE
Aller à : navigation, rechercher

Johannes Liechtenauer (aussi appelé Lichtenauer/lichtnawer) est le nom auquel se réfèrent un nombre conséquent d'auteurs du XVe et du XVIe siècle. Il est impossible de savoir s'il a réellement existé (sa naissance remonterait alors peut-être au milieu du XIVe siècle) ou s'il s'agit d'un mythe.

Le peu que l’on sait à propos de ce personnage est inscrit dans les ouvrages qui se réclament de son enseignement. Ainsi, nous apprenons que Liechtenauer aurait été un « grand maître » qui avait voyagé dans un « grand nombre de pays »[1] pour apprendre son art. Paulus Kal fait ainsi référence, dans l'un de ses écrits daté aux alentours de l'année 1470, à un groupe de maîtres d'escrime du XVe siècle qui se réclament d'une certaine confrérie de Liechtenauer (Gesellschaft Liechtenauers).

La tradition de Liechtenauer

L'une des caractéristiques de la tradition de Liechtenauer, ou tradition liechtenauerienne, est sa présentation sous la forme d'un poème commenté.(Nous ignorons l'intervalle temporel existant entre la rédaction du poème et celle du commentaire). La présence d'un texte rimé peut être due à l’intention de protéger les écrits et techniques des yeux des non-initiés, ou peut-être pour donner aux étudiants des moyens mnémotechniques. Les techniques de Liechtenauer ont donné naissance à ce que l'on appelle parfois abusivement l’école d'escrime germanique. Les vers de Liechtenauer ont été commentés, développés et modifiés dans de nombreux textesque l'on nomme Fechtbücher, ou livres d'escrime, tout le long des XVe et XVIe siècles, par des maîtres tels que Sigmund Ringeck, Juden Lew et Peter von Danzig ou Joachim Meyer. Paulus Hector Mair nous permet également, à travers la compilation qu'il fait rédiger, d'avoir un remarquable témoignage de cette tradition martiale. L'influence de la tradition liechtenauerienne est remarquable, notamment quand on constate que bon nombre de sources se réclament de son enseignement et de son héritage, alors que certaines s'avèrent profondément modifiées par rapport à l'original, voire en totale contradiction.

Il faut néanmoins noter que la tradition liechtenauerienne, même si elle insiste lourdement sur l'escrime avec l' épée longue tenue à deux mains, ne se limite pas à cette seule arme. Elle traite aussi de techniques d’épée en armure et de combat équestre. Au cours du XVe siècle, le texte principal se voit ajouté de savoirs traitant de l'escrime avec l'épée et la bocle , de la dague, de la lutte avec ou sans armure. Il est même possible d'observer une réutilisation du modèle didactique liechtenauerien pour enseigner une arme moins noble, comme le coutelas (messer) [2].

La société de Liechtenaeur (Gesellschaft Liechtenauers)

Dans le milieu du XVe siècle, il était prestigieux pour un maître d'arme de se déclarer de la tradition Liechtenaeur. Paulus Kal (CGM 1507, 1460) donne la liste de 17 maîtres d'armes, dont lui-même, appartenant à la "société de Liechtenauer" (Gesellschaft Liechtenauers).

Peter Wildigans von Glacz

Peter von Tanczk (Danzig)

Hanns Spindler von Cznaym (Znojmo)

Lamprecht von Prag

Hanns Seydenfaden von Erfurt

Andre Liegniczer

Iacob Liegniczer, frère de Andreas

Sigmund Amring (Ringeck?)

Hartman von Nurenberg

Martein Hunczfeld

Hanns Pägmitzer

Phylips Perger

Virgily von Kracau

Dietherich Degenvechter von Braunschweig

Ott le juif, maître de lutte autrichien

Stettner, le propre maître d'arme de Paulus Kal


Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes