Date : 26 et 27 novembre 2022

Lieu : espace Simone Veil, 21, rue du 11-Novembre Autun

Lorsque sont mentionnés les arts martiaux, une cascade d’images évoquant les pays orientaux émergent dans notre esprit. Toutefois, si l’on défini cette pratique comme l’organisation et la théorisation de pratiques gestuelles de combat, plusieurs types de disciplines et de traditions martiales peuvent s’ajouter au catalogue, notamment celles issues des pays occidentaux. Ces dernières sont multiples au cours de l’histoire, mais de manière générale assez mal connues. Par définition, les arts martiaux désignent un savoir gestuel, dont la transmission la plus évidente se fait grâce à la démonstration directe du geste et son imitation. Or, pour la plupart des tradition martiales historiques européennes, la transmission s’est interrompue, les condamnant à l’oubli. Les outils apportés par les sciences historiques peuvent cependant nous permettre de les reconstituer en partie.

Dans cette démarche, il est possible de distinguer deux moments importants qui soulèvent chacun des problématiques spécifiques : il s’agit dans un premier temps de l’étude du corpus documentaire à partir duquel il est possible de tirer des informations sur les gestes pratiqués, et dans un second temps la mise en pratique concrète de ces mouvements et techniques.

  1. Les sources des études des arts martiaux européens anciens

Des traces nous sont parvenues des quatre grandes périodes historiques pouvant nous permettre de comprendre comment les Européens ont appréhendé les arts du combat. Ces traces sont archéologiques ou historiques, directes ou indirectes et ont déjà permis de larges études, en particulier pour les périodes de la fin du Moyen Âge au début de l’époque moderne.1 En premier lieu, il est nécessaire de citer les livres d’armes, des sources produites par les maîtres d’arts martiaux qui contiennent des descriptions textuelles ou iconographiques des techniques de combat.2 L’accès aux sources permettant cette démarche est un premier enjeu. Elle a été facilité par la création de bases de données en ligne contenant des transcriptions et des traductions dans les langues modernes., Cependant l’édition scientifique de textes techniques martiaux reste lacunaire, et soulève des problématiques nouvelles sur les modes d’édition pour retranscrire au mieux la vision des rédacteurs, notamment dans la traduction de termes techniques polysémiques. Leur analyse est complexe car la transposition par écrit ou par illustrations figées d’un geste dynamique est déjà en soi un exercice d’une grande difficulté jugé peut-être un peu rapidement impossible3 alors que des protocoles expérimentaux ont pu montrer des résultats probants sur certains corpus de sources techniques4, littéraires,5 mais aussi sur du matériel archéologique, y compris de l’âge du bronze.6

En complément de l’analyse des sources directes, une étude consacrée aux sources non techniques (à savoir des documents qui peuvent décrire des gestes martiaux sans être des documents techniques, comme des chroniques, des romans ou de l’iconographie) ou des sources directes issues de l’archéologie. Cette étude des sources indirectes est d’autant plus importante lorsque les sources techniques manquent. Le chercheur doit alors faire parler les objets, les corps, des sources d’un tout autre type, pour tenter d’approcher ces gestes7. Cette étude de l’histoire martiale de l’Europe nécessite alors une approche pluridisciplinaire. Concernant les études matérielles, elles demeurent marginales, car nécessitant une connaissance technique de la fabrication d’armes et d’armures qui restent encore largement à faire8. Les réflexions sont nombreuses concernant l’analyse de ce type de corpus et ses articulations avec le matériel9. Quelle est la fiabilité des descriptions gestuelles qui peuvent être faites dans les sources narratives ou historiques ? Quelle est la connaissance martiale de l’artiste qui écrit, qui peint, qui sculpte ? Comment retrouver la fonction d’un objet et son mode d’utilisation au travers de l’étude de sa dynamique ou alors de ses éventuelles dégradations ?

Enfin, il semble nécessaire de contextualiser ces documents, les traditions martiales dont ils sont issus et les gestes qu’ils décrivent, car chacune des pratiques martiales se fait dans un cadre qui lui est spécifique (la guerre vient spontanément à l’esprit, peut-être à tort d’ailleurs, mais aussi le tournoi chevaleresque, le duel judiciaire, la querelle impromptue…),10 et les producteurs de ces documents s’adaptent à leur public. Par conséquent, comment interpréter les gestes décrits par des termes techniques dont le sens est oublié aujourd’hui ? Sont-ils issus de l’expérience des maîtres ou alors représentent-ils une théorie contrastant avec des pratiques réelles ? Quel est également le but de ces documents, comment la rédaction et la diffusion de traités participent-elles à l’évolution des pratiques martiales en Europe ?

  1. La recherche des gestes disparus par la pratique et l’expérimentation

Pour parvenir des sources aux gestes, les difficultés à relever sont nombreuses. Une fois que le corpus technique est prêt à être mis en pratique les armes à la main, un des enjeux concerne le matériel pouvant être utilisé, qui doit allier une correspondance rigoureuse avec les caractéristiques dynamiques des armes d’époques et un impératif de sécurité pour pouvoir effectuer ces gestes en toute sureté. De plus, le matériel de protection moderne, les vêtements sportifs ou encore les matériaux des surfaces sur lesquelles les combattants actuels peuvent évoluer sont autant de biais anachroniques qui nous éloigne du contexte des pratiques anciennes, notamment sur le sentiment proprioceptif (perte de mobilité manuelle, variations des appuis etc.). Aussi, le chercheur doit être attentif au biais du désir d’efficacité moderne au détriment de la rigueur historique du geste, ou encore du confort apporté par les protections moderne qui permettent des erreurs « impardonnables » dans les conditions matérielles anciennes. Quel matériel est le plus optimal pour répondre à ces différents problèmes ? Jusqu’à quel point est-il possible de s’approcher des contextes de pratiques anciens à notre époque ? Combat-on vraiment « comme » à une époque donnée ?11

La recherche dans cette démarche est alors physiquement active, le corps est l’outil premier du chercheur qui veut reconstruire les arts martiaux d’antan. Cette idée implique des connaissances en physiologie et biomécanique importantes pour arriver à mettre en pratique les interprétations issues de l’analyse des sources. La compréhension de certains principes inhérents aux arts martiaux et sports de combat s’avère pareillement nécessaire. La démarche de reconstruction passe alors par l’expérienciation, notion nouvelle qui sous-entend la compréhension d’un phénomène par la pratique qu’on en fait soi-même. Par ce vocable, on entend distinguer ces apports de ceux issus de l’expérimentation scientifique. Dans le domaine de l’histoire, la méthode expérimentale a été adaptée en deux sous-genres : l’archéologie expérimentale (expérimentation menée à partir d’un ou plusieurs objets) et l’expérimentation gestuelle (dite parfois « archéologie du geste »12, c’est-à-dire l’expérimentation conduite à partir de descriptions ou de représentations de gestes). Le corps fonctionnant peu ou prou de la même manière selon les époques, mais avec des modes de compréhension de son fonctionnement profondément différents, son utilisation active dans la recherche en science historique nous rapproche un peu plus de l’épicentre de tous les sujets d’étude : l’humain. Mais comment alors former un protocole rigoureux d’expérimentation concernant la reconstruction gestuelle à partir d’interprétation de sources historiques ? Et comment, enfin, émettre une production scientifique sur un domaine qui est en lien avec le monde du sensible ?

Pluridisciplinaire, l’étude des arts martiaux anciens en Europe rejoint différents champs scientifiques. Que ce soit l’histoire sociale, l’histoire du corps, l’histoire des techniques et des écrits techniques, l’histoire des savoirs et des mentalités, l’histoire des cultures matérielles, ce thème de recherche, nécessairement, contribue à une amélioration des connaissances dans ceux qui lui sont connectés, et par conséquent demande à être étudié avec grande attention.

Les contributions doivent concerner l’un des nombreux thèmes rapidement esquissés, et peuvent relever de différents champs des sciences (histoire, archéologie, sociologie, ethnologie, science du sport, …).

Les propositions de communication (environ 2 000 signes et 5 mots-clés) ainsi qu’une courte biographie seront à faire parvenir à contact@ffamhe.fr pour le 15 juillet 2022 au plus tard.

Comité scientifique

  • Audrey Tuaillon Demésy
  • Aurélien Nouvion
  • Bert Gevaert
  • Fabrice Cognot
  • Gilles Martinez
  • Pierre-Henry Bas

Bibliographie indicative

Anglo Sydney, Martial Arts of Renaissance Europe, New-Haven and London: Yale University Press, 2000.

Bas Pierre-Henry, Le combat à la fin du Moyen Âge et dans la première modernité : théories et pratiques, thèse de l’université de Lille, 2015.

Boffa Sergio, Réflexions sur la résurrection de l’escrime médiévale occidentale, Techniques & Culture, 62 (2014), http://journals.openedition.org/tc/8383.

Brioist, Drévillon Serna, Croiser le fer, violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Champ Vallon, 2002.

L’art chevaleresque du combat, Jaquet Daniel (ed.), Neuchâtel : Alphil, 2012.

Chaize Pierre-Alexandre, Les arts martiaux de l’Occident médiéval : comment s’écrit et se transmet un savoir gestuel à la fin du Moyen-Age, thèse de l’université de Paris-Saclay, 2016.

Cognot Fabrice, L’armement médiéval : les armes blanches dans les collections bourguignonnes, Xe – XVe siècles, thèse de l’université de Paris Sorbonne, 2013.

Das Schwert, Gestalt und Gedanke, Grotkamp-Schepers, Immel, Johnsson und Wetzler, Sollingen : Deutsches Klingenmuseum, 2016

Forster Loïs, Chevaliers et hommes d’armes dans l’espace bourguignon au XVe siècle, thèse de l’université de Lille, 2018.

Garry Julien, La baïonnette : histoire d’une escrime de guerre, l’Oeil d’Or, 2016.

Gevaert Bert, ‘The use of the saber in the army of Napoleon’, Acta Periodica Duellatorum (2016), pp. 103–151. https://doi.org/10.36950/apd-2016-004

Hermann, R., Dolfini, A., Crellin, R.J. et al., Bronze Age Swordsmanship: New Insights from Experiments and Wear Analysis. J Archaeol Method Theory 27, 1040–1083 (2020). https://doi.org/10.1007/s10816-020-09451-0

Jaquet Daniel, Combattre en armure à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance d’après les livres de combat, thèse de l’université de Genève, 2013.

Late Medieval and Early Modern Fight Books, Jaquet Daniel, Verelst Karin, Dawson Timothy (eds.), Brill, 2016.

Martinez Gilles, Des gestes pour combattre. Recherches et expérimentations sur le combat chevaleresque à l’époque féodale : l’exemple du Roman de Jaufré (Paris, BnF, ms. fr. 2164), thèse de l’université de Montpellier, 2018.

Tuaillon Demésy Audrey, Pratiquer les AMHE aujourd’hui : entre reconstitution, expérimentation et innovation, e-Phaïstos, IV-1 (2015). http://journals.openedition.org/ephaistos/669

Notes

1 Anglo, Martial Arts of Renaissance Europe ; Croiser le Fer.

2 Late Medieval and Early Modern Fight Books. L’art chevaleresque du combat ; Chaize, Les arts martiaux de l’Occident médiéval.

3 Boffa, Réflexions sur la résurrection de l’escrime médiévale occidentale.

4 Jaquet, Combattre en armure à la fin du Moyen Âge.

5 Martinez, Des gestes pour combattre.

6 Herman et al., Bronze Age Swordsmanship.

7 Gevaert, The use of the saber in the army of Napoleon.

8 Cognot, L’armement médiéval. Das Schwert, Gestalt und Gedanke.

9 Garry, La baïonnette.

10 Forster, Chevaliers et hommes d’armes. Bas, Le combat à la fin du Moyen Âge et dans la première modernité.

11 Tuaillon, Pratiquer les AMHE aujourd’hui.

12 Hermann, et al., Bronze Age Swordsmanship.

Mise à jour : 09/05/2022